Cyme Magazine

 
Les délires réfléchis de l’artiste

Comme à tous les jours

 
Les délires réfléchis de l’artiste n’ont rien à voir avec les délires irréfléchis de l’artiste. Le but de ma chronique est d’offrir aux lecteurs et aux lectrices une lecture neutre, une forme d’acalmie de mantra, une pause entre deux ou trois stressszzz.

Ce matin comme à tous les jours, j’ai foulé le sentier qui mène au ruisseau des indélogeables castors. Comme je r’gardais calmement les étoiles briller sur une neige à peine éveillée, une gélinotte s’est envolée ; juste au dessus de mon épaule droite ! Singulier c’que ça peut faire quand on aperçoit la lumière... le soleil.

Bee Nee Yoo 26 Février 2005 (Les éditions positives)

Ce matin comme à tous les jours de grands froids, l’hiver est au menu. Au ruisseau des castors j’entendais hurler deux vents ; l’un du sud, l’autre du nord. Les arbres ont craqué, rien de tombé ! Je suis revenu à la maison avec la brassée de franc-bois. Les cheminées ne s’ennuieront pas ! Pas aujourd’hui.

Bee Nee Yoo 27 Février 2005 (Les éditions positives)

Ce matin, comme à tous les jours, je suis allé au ruisseau des castors. La neige était comme de l’argile après cuisson. Or donc je tricolais dans mes pas d’hier. J’ai beau fouler ce même sentier pendant des siècles, je ne passe jamais par le même chemin.

Bee Nee Yoo 28 Février 2005 (Les éditions positives)